L’intelligence artificielle selon Watson d’IBM

Watson à fait irruption auprès du grand public (Nord-Américain) en 2011, en gagnant au jeu télévisé américain Jeopardy ! Le « Questions pour un champion » aux US.
Watson se comportait comme un candidat qui entendait et comprenait les questions posées par l’animateur. L’encyclopédie en ligne Wikipédia était stockée dans son disque dur. Watson répondait en moins de 3 secondes, et a gagné face à deux concurrents humains !
Le nom « Watson » fait référence à Thomas John Watson, qui rejoindra la CTR : Computing Tabulating Recording Company en 1914, société qui deviendra IBM en 1924.
En cette année 2016, le système Watson est plus que jamais une priorité pour IBM France précise son directeur, Nicolas Sekkaki. Seule une dizaine de collaborateurs travaillent à plein temps sur l’hexagone, mais le projet a le soutien de toute la puissance de la société (2000 ingénieurs…).
Watson désigne le projet d’informatique cognitive (ou d’intelligence artificielle), dont IBM est le leader mondial. Il s’agit de l’un des derniers développements des mathématiques pour lequel le savoir-faire français est en pointe.
La cognition est la science de la connaissance et de l’apprentissage.
Une approche cognitive va mettre l’accent sur la capacité à acquérir de l’information, et à la transmettre en contexte.
Basé sur la puissance de stockage et de traitement dans le cloud, le système vise à assister, juristes, conseillers ou agents de centre d’appels ou médecins en leur apportant des réponses à des questions posés en langage naturel.
C’est plus qu’un moteur de recherche, C’est aussi un moteur qui fonctionne sur le modèle du cerveau humain par réseaux de « neurones » artificiels permettant un apprentissage statistique, pour fournir des réponses les plus pertinentes.
L’informatique cognitive cherche à tirer profit de connaissances plus diffuses pour répondre à des questions en langage naturel en digérant les énormes volumes de données (Big Data) issues de l’internet des objets (internet of Things) par exemple.

Les outils analytiques de Watson transforment les données en savoir.
Le programme Watson a fait ses preuves chez Bank of Singapore, pour l’aide au conseil financier, dans ce contexte, Watson pré- absorbe les informations, les analyse, personnalise et propose les produits les plus adaptés à la situation du client de la banque.

Il agit de la même façon dans les Call center, la distribution, l’assurance.

Dans le domaine de la santé, la science cognitive utilisée par Watson va assister le médecin, lui simplifier l’accès à l’information.
Le français, Jérôme Pesenti, symbole de l’excellence Française dans ce domaine, fondateur de la société Vivisimo acquise par IBM en 2012, est aujourd’hui Vice-Président de Watson Core Technology.
Des structures de service ont été créés :

  • Watson Engagement Advisor pour la création de réponse à partir d’une base de connaissances textuelles, avec par exemple une application avec Sanofi sur le sujet spécifique de la toxicité des nouvelles molécules
  • Watson Discovery Advisor, qui analyse des bases de documents scientifiques pour apporter une assistance aux médecins
    Les technologies issues du projet Watson sont accessibles par l’intermédiaire du Cloud IBM. Bluemix étant La plateforme cloud d’IBM
    Watson peut ajouter des fonctions cognitives à des applications nouvelles ou déjà existantes
  • Watson Health business unit crée une infrastructure cloud régulée et sécurisée pour stocker les informations clients : Il s’agit de Watson Developer Cloud.

La puissance de Watson est évolutive elle est riche d’un certain nombre d’outils:

– La reconnaissance vocale développée depuis 1970, avec 8% d’erreur, contre 4% d’erreur humaine au cours d’une conversation téléphonique par exemple !
– La traduction automatique (Anglais, Espagnol, Japonais, Portugais, et Français)
– La reconnaissance visuelle (Société AlchemyAPI§)
– L’analyse de fichiers de données de façon simple et intuitive (Outils Watson Analytics)
– Des techniques de statistiques
– Des techniques de linguistique

IBM a racheté Merge Healthcare une société d’Imagerie médicale, pouvant être également intégrée à Watson, ce sont des outils de diagnostic en Radiologie, Cardiologie, Orthopédie, Ophtalmologie, ils permettent de réaliser par exemple l’historique, et l’évolution de l’imagerie médicale d’un patient, ou de comparer l’imagerie d’un patient avec l’imagerie d’autres patients souffrant d’une même pathologie, et cela avec un nombre infini de données…
IBM a noué de très nombreux partenariat:
-Avec Apple qui a lancé ResearchKit en 2015. Les patients qui le souhaitent rendent leurs données accessibles à des chercheurs.
-Avec la plateforme TalkSpace qui est une aide à la prescription
Pour perfectionner système Watson, IBM a investi dans la société Pathway Genomics qui conseille en fonction de l’ADN des sujets, a acquis Phytel développant des logiciels de gestion médicale, Explorys qui analyse des données dans le cloud à partir de 50 millions de particuliers.

Ainsi dans le secteur médical Watson est essentiellement une aide à la décision.
Les capacités analytiques de Watson intègre le dossier médical du patient avec son histoire clinique, les découvertes et remarques du praticien, le compte rendu de l’examen du patient, les antécédents familiaux, prenant en compte le terrain pour une maladie génétique par exemple.
Watson analyse l’imagerie, apporte une aide à l’interprétation d’une IRM, en décelant des anomalies imperceptibles à l’œil humain !
Watson analyse la littérature médicale mondial en rapport avec le cas du patient, et propose les options de traitement les plus appropriées, tout en évitant les interactions médicamenteuses.
Pendant toute démarche, il y a une discussion collaborative entre Watson et le médecin.

Le système Watson est particulièrement efficient dans les dossiers complexes de cancérologie, en apportant une aide thérapeutique, en examinant les avantages et inconvénients d’un traitement, ou un compromis sur une solution de dépistage.

La langue maternelle de Watson est l’anglais, c’est aux USA qu’il donne déjà toute sa mesure.
Il collabore avec de grands instituts de recherche et des Hôpitaux, développe de nouvelles possibilités de personnalisation de traitement dans le domaine du cancer, du diabète.
Au New York Genome Center, il trouve des traitements personnalisés aux maladies du cancer résultant de mutations génétiques spécifiques.
Watson aide les médecins à trouver, dans les bases de données génomiques et dans la littérature médicale, des références sur les mutations identifiées chez leurs patients. Les patients concernés par cette recherche sont ceux atteints de glioblastome, 13 000 décès par an aux États-Unis.
Le travail de Watson consistera ainsi à fournir des liens vers des documents médicaux potentiellement utiles au médecin.
Aux USA 1 500 médecins utilisent Watson pour peaufiner leurs prescriptions
Au Medecin Memorial Sloan Kettering Cancer Center, 15 000 dossiers ont déjà été traités par Watson ce qui représentent 600 000 combinaisons médicamenteuses évaluées. Il s’agit de gagner du temps pour trouver le bon traitement.

Ces derniers mois, Watson a investi l’Hexagone, il apprend le français, des projets sont en cours de finalisation. Watson Collabore avec le CNRS et l’INRIA (institut de recherche en informatique et automatique).

Nous vous rendrons compte prochainement des premières concrétisations dans nos hôpitaux ou dans nos centres de recherche !

4 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *